Freeric Huginn

Freeric Huginn

Coucou tout le monde. Aujourd’hui, place à un auteur à la fois talentueux et imaginatif. Je me souviens avoir rencontré Freeric sur un groupe littéraire et depuis, nous sommes restés amis ! Auteur de plusieurs romans dont des titres que vous devez surement connaitre, comme « Le syndrome de Dawn » ou encore son petit dernier « Spirale infernale« , Freeric est devenu un ami Facebook avec qui j’échange de temps en temps : humain, simple et adorable comme tout, découvrez ses écrits qui, à coup sûr, sauront vous plaire par leur efficacité !

Retrouvez Freeric sur sa page auteur, mais aussi sur sa page Amazon que je vous convie à découvrir !

1 – Peux-tu te présenter en quelques mots ?

Cinglé, parfois cinglant. Caustique voire irrévérencieux. Freeric Huginn est un asocial peu fréquentable que vous lirez – ou non – à vos risques et périls.

 

2 – Le nom que tu utilises en tant qu’auteur, est-il un pseudo ?

Tout à fait. C’est un pseudo.

 

3 – Peux-tu nous expliquer ce choix ?

Freeric, c’est mon prénom avec une lettre en moins et je le trouve très bien ainsi. Je vous laisse imaginer pourquoi.

Quant à Huginn, c’est l’un des deux corbeaux messagers d’Odin. J’aime bien les mythologies nordiques.

Et puis, si tu effectues une recherche sur la Toile avec mon véritable patronyme, tu auras dix mille réponses. Avec ce pseudo, les choses sont beaucoup plus simples pour me trouver. D’où ce choix.

 

4 – En tant qu’auteur, est-ce qu’il t’est arrivé de te faire des ennemis chez les chroniqueuses ou chez les confrères / consœurs ?

L’on est toujours le con d’un autre. Alors…

Sinon, je ne pense pas m’être fait des ennemis. Quelques frictions tout au plus. Mais pour être franc, j’ai la fonction « Bloquer » ou l’éloignement assez facile. Je n’aime pas perdre mon temps avec des personnes en quête de polémiques futiles. Pour tout avouer, je pense plutôt que je me suis fait des alliés. Voir les autres auteurs comme des concurrents, c’est ridicule et ce n’est pas mon truc, je préfère l’entraide.

Quant aux chroniqueuses et chroniqueurs, je les remercie pour leur bienveillance, même ceux qui ont rendu de rare verdict négatif sur mes écrits. Je ne cherche pas à plaire à tout le monde.

 5 – Choisis-tu tes thèmes au feeling ou parce que tu es persuadé que tu vas tout défoncer en vente ? Paraît que le cul, ça marche…

Bien que je pense toujours à mes lecteurs, s’ils vont apprécier ou non mes histoires, je n’écris que sur des thèmes que j’aime.

 

6 – Est-ce que tu as rencontré des auteurs / blogueuses qui se la pètent tellement que tu n’as pas envie d’échanger avec eux ?

Oui et non. Qui se prennent trop au sérieux ou voient l’écriture comme une compétition, oui, cela arrive. Mais Kipétetrovitchi qu’on dit, et comme je ne suis pas marié avec ces personnes, cela ne me dérange pas.

 

7 – Es-tu plutôt du genre Country ou Rock ?

J’écoute presque de tout, du Jazz au classique en passant par les musiques électroniques, mais je suis plutôt Métal, particulièrement le Métal Industriel comme celui du groupe Biopsyhoz – Биопсихоз – ou encore la Tekno. D’ailleurs, mon dernier roman noir Spirale interdite se passe en partie au beau milieu d’un Teknival où l’intrigue est mêlée de manière intime avec ce genre d’événements.

 

8 – La question la plus stupide : pourquoi est-ce que tu écris ? Et évite les clichés…

Après avoir été le témoin d’une indicible Lumière – un OVNI ? – venue m’embarquer dans une autre dimension, j’ai été pris en otage. « Écris ou meurs ! » que m’a dit alors une voix claironnante comme sortie d’outre-tombe. Depuis, pas le choix. Aucun retour en arrière n’est possible, je suis condamné à gribouiller des feuilles et feuilles de papier pour en faire des romans.

9 – En as-tu déjà eu un peu marre d’écrire ? Et si oui, explique-moi pourquoi !

Non, pas vraiment marre. Plutôt marre de la promo qui doit s’effectuer après… J’ai toujours l’impression d’emmerder les gens avec mes pubs.

 

10 – Généralement, il te faut combien de temps pour écrire un livre ? Te faut-il un lieu secret connu de toi seul et d’Alfred – oui, le mec dans Batman ?

Il me faut un an, environ. Quelques mois pour écrire, quelques mois pour la réécriture et les corrections. J’aime fournir un travail fini au plus près de l’impeccable à mon niveau.

Et puis, faut que le style claque ou possède du mordant.

Quant au lieu où j’écris, peu m’importe.

 

11 – As-tu des conseils à donner à quelqu’un qui veut suivre tes pas ou préfères-tu garder cela pour toi ?

Patience et patience. Ne jamais se précipiter.

Prendre le temps de se relire après un repos d’au moins trois semaines avant d’entamer la réécriture.

Écrire, c’est être doué à raison de 10 % pour cela. Tout le reste, c’est du boulot. Travail ! Travail ! Travail ! Donner l’illusion de la facilité, d’une écriture simple… du travail encore.

 

12 – Est-ce que tu as un rituel avant d’écrire ? Fais-tu du Yoga ? Est-ce que tu sacrifies une poule – l’animal… – ou alors, tu bois juste ton café et hop ?

Comme avant un long voyage, je prends le temps de m’asseoir. De faire le point.

Et puis, j’ai une bonne hygiène de vie : Vodka, rhum, bière, cidre, Kvac « fait maison », vin de noix ou de citron… mais toujours de façon modérée. Jamais plus d’un verre à la fois !

 

13 – Es-tu satisfait et serein lorsque tu as ENFIN posé le mot FIN ou est-ce que tu flippes à mort ?

Après le mot FIN, j’ai un temps où je suis content, mais c’est bref, je sais qu’après vient tout le travail de réécriture et d’autocritique pour parfaire ce futur roman.

 

Et enfin, la dernière question !

 

14 – SI, je dis bien SI, tu devenais quelqu’un de super connu, penses-tu que tu prendrais le melon ou tenterais-tu de rester humble ?

Je ne sais pas. J’ose espérer que non. Mais si cela devait arriver – que je me la pète – j’ose encore espérer qu’un ami proche me botte suffisamment fort l’arrière-train pour me faire redescendre.

 

J’espère que ces questions t’auront plu et que tu auras pris plaisir à y répondre.

Je te remercie d’avoir joué le jeu !

Leave a Comment

À propos de moi

Coucou, auteur de plusieurs romans, j'ai envie de partager avec vous mon expérience !

Matt Dubois

Matt Dubois

Purchase on:

  • Amazon

L’enfer vivait ici

Le grand jour8 mai 2020
Le grand jour est arrivé.

Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Rejoignez les 11 autres abonnés