Naissance du projet

 

Pour qu’une idée prenne vie, il lui faut quelques éléments déclencheurs. J’ai toujours rêvé d’écrire un livre sur les animaux et sur cette effrayante possibilité qu’ils s’en prennent aux humains d’une manière aussi inattendue que virulente. Je ne vais pas vous cacher ma déception lorsque j’ai découvert qu’il existait déjà un tel livre et que celui-ci était devenu une série télévisée baptisée « Zoo ». Durant un laps de temps, j’ai abandonné cette idée pour passer à d’autres projets d’écriture jusqu’à ce jour de novembre 2016 où Remi Gaillard, un humoriste et activiste pour la cause animale, c’est fait volontairement mettre en cage pour récolter de l’argent au nom de la SPA-Montpellier – à ne pas confondre avec LA fameuse SPA de Madame Brigitte Bardot dont le nom prête à confusion –  et se faire filmer. Cela a attisé la curiosité et engendré un franc succès auprès des donateurs.

J’ai suivi cette sublime aventure humaine tout en travaillant sur un de mes livres lorsque je me suis posé la question suivante : et si nous, humains, nous nous retrouvions enfermés dans des cages à la place des animaux ? J’ai arrêté aussitôt le livre que j’étais en train d’écrire pour poser les premières lignes d’une nouvelle qui allait porter le nom suivant, « Le monde à l’envers » !

 

 De la nouvelle au livre

La version « nouvelle » aura connu plusieurs modifications. Pour tout vous dire, huit changements ont été nécessaires pour arriver à un texte plaisant à lire. Toutefois, pour les premiers bêta-lecteurs, il manquait quelque chose à l’histoire. Les ingrédients étaient bons et le thème plaisait grandement. Sur sept Bêta-lecteurs, cinq d’entre eux désiraient en savoir plus et sans le vouloir, me lancèrent un défi : écrire une histoire complète qui irait plus loin. Ceux qui me connaissent au travers de mes autres livres savent l’importance que je porte à imaginer des histoires qui vont au-delà de ce que nous connaissons et dans ce défi, je ne voulais surtout pas m’approcher de la série télévisée « Zoo » et encore moins les films de la série « La planète des singes ». Je me refuse sans cesse à « copier », préférant ainsi ne pas regarder quoi que ce soit qui pourrait m’influencer. Forcément, nous sommes forcés de nous inspirer de l’existant pour initier un projet cependant, il y a une différence entre « s’inspirer » et « copier ».

Certains bêta-lecteurs pensaient voir en « Le monde à l’envers » une sorte de Tarzan mélangé à du Zoo et la planète des singes. Finalement, l’un d’eux me complimenta en me disant :

« C’est totalement différent. La narration nous plonge dans une histoire qui nous invite à vivre les moments de vie de Paul. On y éprouve la peine, la joie, l’amour, l’envie. On en a envie d’en savoir plus sur Bonanza qui nous donne du plaisir en nous attachant à lui ! »

Plusieurs remaniements ont été indispensables pour parfaire le récit. À vous de découvrir ce qui pourrait bien être la plus belle aventure humaine de tous les temps…