Nelly Topscher

Aujourd’hui, nous allons parler d’une auteure : Nelly Topscher ! Nous ne nous souvenons plus du tout depuis combien de temps nous nous connaissons et par quel intermédiaire toutefois, Nelly fait partie de ces gens avec qui l’entente se veut naturelle et sans prise de tête à un point que nous avons l’impression de nous connaitre depuis longtemps. Quelqu’un d’aussi « Simple & Funky » mérite d’inaugurer cette nouvelle section : les interviews d’auteurs !

Autrice avec plusieurs livres à son actif dont du polar, des nouvelles, mais aussi de la Dark Romance, je vous invite vivement à vous rendre sur Amazon pour la découvrir ! Voici quelques titres phares qui devraient vous plaire : « As-tu rêvé ? » – « La part du Diable » ou encore Renaissance.

Nelly Topscher est la toute première autrice à répondre à mes questions. Comme dirait le dixième Docteur (Doctor Who)… Allons-y !

1 – Peux-tu te présenter en quelques mots ?

Je me prénomme Nelly, j’ai 45 ans (46 en juillet). Originaire de Montpellier, j’habite les Yvelines depuis décembre2002 (ben ouais on en fait des trucs par amour comme quitter le Sud pour lé région parisienne !) et je suis juriste en maison de justice et du droit.

2 – Le nom que tu utilises en tant qu’auteur, est-il un pseudo ? 

Oui c’est mon vrai prénom et nom.

3 – Peux-tu nous expliquer ce choix ?

Je ne comprends pas trop l’idée du pseudo surtout quand on décide d’aller en salon ou en dédicaces. Pour moi celui ou celle qui utilise un pseudo ne doit pas se montrer, et entretenir le mystère.

4 – En tant qu’auteur, est-ce qu’il t’est arrivé de te faire des ennemis chez les chroniqueuses ou chez les confrères / consœurs ?

Pour le moment non, mais comme tout le monde il y a des gens qui ne m’apprécient pas.

 5 – Choisis-tu tes thèmes au feeling ou parce que tu es persuadé que tu vas tout défoncer en vente ? Paraît que le cul, ça marche…

Je n’écris pas pour vendre, ou réussir. J’écris avant tout pour me faire plaisir, et essayer de procurer un peu d’évasion à ma poignée de lecteurs et lectrices. Je n’ai de toutes les manières pas le rêve de vivre de mes romans.

En ce qui concerne mes thèmes, j’aime prendre des risques, mais j’essaie à chaque fois de faire passer des messages qui me sont chers.

6 – Est-ce que tu as rencontré des auteurs / blogueuses qui se la pètent tellement que tu n’as pas envie d’échanger avec eux ?

Je suis très sociable donc je passe plutôt avec tout le monde. Ensuite, je me forge ma propre opinion, et généralement ma première impression est la bonne. On ne peut pas être ami avec tout le monde.

Mais jusqu’à ce jour je n’ai fait que de jolies rencontres.

7 – Es-tu plutôt du genre Country ou Rock ?

Metal uniquement (parfois un peu de classique mais très rarement)

8 – La question la plus stupide : pourquoi est-ce que tu écris ? Et évite les clichés…

Pour emmerder mes détracteurs, ça te va comme réponse ?

Plus sérieusement, comme dit plus haut j’écris par plaisir et pour soulager aussi mon cerveau qui carbure à 100 à l’heure tout le temps niveau idées.

9 – En as-tu déjà eu un peu marre d’écrire ? Et si oui, explique-moi pourquoi !

J’ai failli jeter l’éponge plusieurs fois surtout en juillet dernier où mon thriller a failli passer la sélection pour être édité dans une grosse maison d’’édition. Plus que la performance j’y aie vu (et vois encore) que l’échec. Mais j’ai toujours autour de moi des personnes-ressources qui me remettent dans le droit chemin dès que j’ai des coups de mou.

10 – Généralement, il te faut combien de temps pour écrire un livre ? Te faut-il un lieu secret connu de toi seul et d’Alfred – oui, le mec dans Batman ?

C’est variable. La part du Diable a été écrit en 3 semaines alors que j’ai mis 6 mois pour écrire mon thriller « As-tu rêvé ? »

Je peux écrire partout mais c’est à mon bureau que je préfère créer.

11 – As-tu des conseils à donner à quelqu’un qui veut suivre tes pas ou préfères-tu garder cela pour toi ?

Je ne suis absolument pas légitime pour donner des conseils. Mais ce qui semble être le plus évident c’est que si quelqu’un veut écrire, il doit le faire. Peu importe ce que devient l’écrit après. Ce qui compte c’est se faire plaisir et la satisfaction personnelle

12 – Est-ce que tu as un rituel avant d’écrire ? Fais-tu du Yoga ? Est-ce que tu sacrifies une poule – l’animal… – ou alors, tu bois juste ton café et hop ?

Ai-je le tempérament pour faire du Yoga ?!!!! Le seul rituel que j’ai c’est quand je bloque sur une scène j’écoute en boucle un même morceau Métal, jusqu’à atteindre une sorte de transe. Et là tout se décante et j’arrive à écrire ma scène.

13 – Es-tu satisfait et serein lorsque tu as ENFIN posé le mot FIN ou est-ce que tu flippes à mort ?

Je flippe tout le temps. Ce n’est pas tant le mot fin qui me fait angoisser c’est la sortie qui se profile qui me tétanise. Ces moments sont grisants et angoissants à la fois.

Et enfin, la dernière question !

14 – SI, je dis bien SI, tu devenais quelqu’un de super connu, penses-tu que tu prendrais le melon ou tenterais-tu de rester humble ?

Mes amis ont pour consigne de me ramener très vite sur terre si je prenais le melon. Au regard de mon caractère, je pense qu’il y a peu de chance que je passe de l’autre côté de la force et prenne la grosse tête.

Mais je suis très tranquille sur cela. Je ne deviendrai jamais connu et je n’en ait absolument pas envie.

 

J’espère que ces questions t’auront plu et que tu auras pris plaisir à y répondre.

Je te remercie d’avoir joué le jeu !

Leave a Comment

À propos de moi

Coucou, auteur de plusieurs romans, j'ai envie de partager avec vous mon expérience !

Matt Dubois

Matt Dubois

Purchase on:

  • Amazon

L’enfer vivait ici

Le grand jour8 mai 2020
Le grand jour est arrivé.

Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Rejoignez les 1 648 autres abonnés