Nil Borny

NIL BORNY

Roulement de tambours… Aujourd’hui, nous allons parler d’un auteur qui est devenu un ami ! Nous nous sommes rencontré en septembre 2018 lors du salon « Sang pour sang Thriller, mais pas que… » dans sa première édition – 2018, si mes souvenirs sont encore bons ^^ ! Mais de qui est-ce que je parle ? Bon, je ne peux pas vous le cacher aussi longuement… Son nom est dans le titre !

NIL BORNY est trouvable sur Facebook, mais aussi sur Amazon puisque c’est ici – Ô miracle – que vous trouverez ses ouvrages et en parlant d’eux, je peux vous dire le monsieur a un potentiel de dingue.  Si vous aimez le mélange entre le sérieux et la déconnade, si vous avez envie de rigoler un peu malgré le confinement, foncez…


1 – Peux-tu te présenter en quelques mots ?

Je suis un humble conteur de sornettes. Mon âge n’a aucune importance et mon métier de la « vraie vie » aussi. Écrire est une marotte dont j’ai du mal à me passer…

2 – Le nom que tu utilises en tant qu’auteur, est-il un pseudo ?

Oui ! Je ne suis pas Canadien… Je crois que cela se voit…

3 – Peux-tu nous expliquer ce choix ?

Je déteste mon prénom est la principale raison. La seconde est que ce pseudo claque grave de la mort qui tue. De plus, je peux éviter les hordes incessantes de groupies déchaînées qui veulent me chouraver mon falzar… Tout ça, grâce à ce petit subterfuge.

4 – En tant qu’auteur, est-ce qu’il t’est arrivé de te faire des ennemis chez les chroniqueuses ou chez les confrères / consœurs ?

Jamais. Je respecte trop les chroniqueurs (ses), même si certains(nes) collent toujours ton bouquin en bas de leur Pal… J’ai remédié à cela en ne faisant plus qu’appel à des gens sérieux…   Avoir le courage de me lire est déjà un exploit…

Concernant les auteurs, pourquoi me prendrais-je la tête avec un confrère ou une consœur ? J’ai plus d’affinités avec certains qu’avec d’autres… C’est tout…

 5 – Choisis-tu tes thèmes au feeling ou parce que tu es persuadé que tu vas tout défoncer en vente ? Paraît que le cul, ça marche…

Je crois que c’est tout l’inverse. Depuis tout petit, je possède le syndrome du « j’adore me tirer une balle dans le pied ». Je déteste faire comme les autres. Pourquoi aurais-je créé de nouveaux genres tels que le Roman de Gare de RER, le Friller ou bien le Feel-Blood ?  Finalement, je dois avoir un problème…

6 – Est-ce que tu as rencontré des auteurs / blogueuses qui se la pètent tellement que tu n’as pas envie d’échanger avec eux ?

Oui ! Comme dans la vraie vie. Certains ne me donne pas envie d’aller vers eux. Je déteste (encore ?!) la star attitude… Surtout quand il n’y a pas de quoi… C’est souvent le cas.

Par contre, on peut se tromper et, l’une de mes principales qualités est de ne jamais rester figé sur une impression.

7 – Es-tu plutôt du genre Country ou Rock ?

Rock ! Quelle question nulle ! Yippee yahoo !

8 – La question la plus stupide : pourquoi est-ce que tu écris ? Et évite les clichés…

J’écris pour choper des gonzesses. C’est tellement évident ! Et puis ma femme ne voulait pas que je devienne acteur de film de « baboules ».

9 – En as-tu déjà eu un peu marre d’écrire ? Et si oui, explique-moi pourquoi !

Jamais ! Le seul truc qui me gonfle est le côté commercial. Se vendre est une véritable hantise. Faire de la pub et tout le tralala peut être amusant au début, mais on s’en lasse très vite. Avoir l’impression d’enquiquiner les gens n’est pas très valorisant.

10 – Généralement, il te faut combien de temps pour écrire un livre ? Te faut-il un lieu secret connu de toi seul et d’Alfred – oui, le mec dans Batman ?

Il me faut un sacré bout de temps. Je ne me force jamais, même si j’essaie de m’imposer des délais… Bref, je ne suis pas un rapide. Et quand on aime, on ne compte pas…

Mon bureau reste ma principale Bat-cave et si Alfred se pointe, je lui colle mon pied aux miches.

11 – As-tu des conseils à donner à quelqu’un qui veut suivre tes pas ou préfères-tu garder cela pour toi ?

Oui ! Chacun sa m..de ! Je rigole ! Je suis assez ouvert aux discussions privées. Je ne pense pas avoir les compétences pour donner des conseils. L’écriture est intime et chacun la perçoit et la vit à sa manière.  Le seul conseil que je puisse donner est de se faire plaisir et de ne pas tricher, sinon le lecteur le ressentira.

12 – Est-ce que tu as un rituel avant d’écrire ? Fais-tu du Yoga ? Est-ce que tu sacrifies une poule – l’animal… – ou alors, tu bois juste ton café et hop ?

Oui ! J’entame systématiquement un solo de claquettes en tong, nu comme un ver, après m’être tartiné le corps de saindoux. Une fois le cérémonial exécuté (à la perfection), je tente de rejoindre mon bureau, sans me casser la gueule.

13 – Es-tu satisfait et serein lorsque tu as ENFIN posé le mot FIN ou est-ce que tu flippes à mort ?

Oui et non… Je ressens toujours une immense tristesse… Abandonner mes personnages me brise toujours le cœur.

 

Et enfin, la dernière question !

14 – SI, je dis bien SI, tu devenais quelqu’un de super connu, penses-tu que tu prendrais le melon ou tenterais-tu de rester humble ?

Cette question est complètement saugrenue ! Je suis déjà célèbre !

Bien sûr que non. La vie n’est qu’une suite de leçons et celui qui n’a pas capté cette notion élémentaire n’est qu’une grosse quiche méprisable… Je tenais à le préciser pour tous ceux qui « croivent » que je me la raconte grave.

 

J’espère que ces questions t’auront plu et que tu auras pris plaisir à y répondre.

Je te remercie d’avoir joué le jeu !

Leave a Comment

À propos de moi

Coucou, auteur de plusieurs romans, j'ai envie de partager avec vous mon expérience !

Matt Dubois

Matt Dubois

Purchase on:

  • Amazon

L’enfer vivait ici

Le grand jour8 mai 2020
Le grand jour est arrivé.

Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Rejoignez les 11 autres abonnés